Archives

Deux jeunes engloutis par un cul de grève

Le 12 juillet 1757, un cadavre est retrouvé au bord de l’eau à Chaumont-sur-Loire. Le procureur fiscal du comté de Chaumont se rend sur place, assisté du greffier. Voici son procès-verbal.

où étant « ledit Gueritte nous auroit déclaré que dimanche dernier plusieurs jeunes gens de la paroisse d’Onzain seroient venus à dessein de se baigner en laditte rivière de Loire et comme de fait ils entrèrent dans laditte rivière pour s’y baigner vers les deux à trois heures après midy 
et que les nommés François Gueritte fils de François Gueritte, tailleur d’habits, et d’Anne Lambert ses père et mère demeurants paroisse dudit Onzain, luy agé d’environ dix huit ans et le nommé [ blanc ] Potterie fils de [blanc] Potterie charon à Onzain, aussi agé d’environ dix huit ans s’estant trouvé en se baignant sur un sable mouvant au bout d’une grève qui est à la queüe de lisle aux demoiselles vis à vis le bourg de Chaumont, ledit Potterie fils se seroit enfoncé et se voyant périr, il auroit apellé ledit Gueritte à son secours, lequel Gueritte s’étant mis en devoir de le secourir, ledit Potterie l’auroit pris par la jambe et iceluy Guéritte s’étant écrié, à moy ! il me tiens par la jambe et dans l’instant les autres jeunes gens qui se baignoient aussi les virent disparoitre et eux se retirèrent, 
qu’ensuite Thomas Huguet dit Catelin, Louis Gaudron marinier et Jean Tessier vigneron se seroient transportés avec une touë pour faire en sorte de les tirer de l’eau, mais ils ne purent les trouver étant tombés dans un gouffre où il y a au moins vingt pieds d’eau de haut (6,5 m), pourquoy ils se retirèrent, 

et que ce jourd’huy sur les six à sept heures du matin on auroit aperçu sur le bord de l’eau de laditte rivière un cadavre d’un homme noyé qu’on auroit présumé estre l’un desdits Gueritte et Potterie, »
Aussitôt Gervais Gueritte, oncle de François Gueritte, qui habite Chaumont, demande à Georges Delaleu et Gabriel Thibault de l’emmener avec une toue. Ayant effectivement découvert un cadavre nu, ils le ramènent à Chaumont.

Le procureur fiscal fait les constations d’usage : « après avoir examiné ledit cadavre nous aurions reconnu que c’étoit le corps d’un jeune homme d’environ dix-huit ans ayant les cheveux noirs assez courts, le visage rond et de hauteur d’environ cinq pieds (1,62 m) qui nous a paru s’être noyé depuis deux jours ou environ sana aucune playe à la tête ny au corps, jambes et bras, contusion ny froissures et que ledit Gervais Gueritte a dit estre François Gueritte son neveu fils dudit François Gueritte tailleur d’habits et de Anne Lambert sa femme demeurants à Onzain. »  
Ceci est confirmé par la sœur du jeune homme, Marie Anne Gueritte veuve de Joseph Vaugeon, qui habite  Chaumont.

Le procureur fiscal demande la comparution de François Gueritte et de sa femme pour reconnaître le corps de leur fils mais tous deux sont malades, gisant dans leur lit, ils ne peuvent se déplacer. 
Le permis d’inhumer est accordé. Le jeune homme sera enterré au cimetière de Chaumont.

  


[



[5

 

                                                                                                                          



Laisser un commentaire

Article ajouté au panier
0 items - 0,00